page d'accueil

 

CAYENNE ET SES ENVIRONS

 

Un peu d'histoire

La fondation de la ville remonte au XVIIè siècle, lorsque la côte était longée par les naviguateurs européens à la recherche d'or et de bois précieux.

Les premiers marchands, originaires de Rouen, arrivèrent dans <l'île>de de Cayenne en 1634. La ville encadrée par deux fleuves, le Mahury d'un côté, la rivière de cayenne de l'autre; elle est coupée des terres en arrière par une autre rivière.

Les premiers à occuper les lieux, les compagnons du capitaine Rouennais Legrand qui s'intallèrent à Rémire. Il furent suivis en 1643 par d'autres Normands conduits par le chevalier Poncet de Brétigny,qui s'installèrent sur la colline de Cépérou (ce nom vient du roi indien galibi occupant les lieux).

Sur cette colline fut construit un fort en bois  pour défendre les habitations sommaires en contrebas. De sévères  massacres furent commis et ce chevalier fut lui même assassiné et dévoré après avoir été < boucané >.  

Hormis le fortin ,il ne resta pas grand-chose de cette expédition. Une deuxième Compagnie Rouennaise, celle des Douze Seigneurs repartit, reconstruisit le fort en dur (vestige actuel) et tenta de s'y installer durablement, mais échoua à son tour.

En 1676 les Francais parviennent de nouveau à s'imposer malgré les conflits armés avec les autres puissances coloniales, dans la zone allant de l'Oyapock à l'est, au Maroni à l'ouest, dont Cayenne allait devenir la petite capitale administrative.

L'ensemble du bourg qui se développa en contrebas du Fort à la fin du XVII è siècle fortifié selon les plans de Vauban. Un premier collège y fut construit pour alphabétiser ce petit monde, administré par des jésuites - c'est à sa place que se trouve l'actuel collège Nonnon.

Au XVIIIè siècle la cité s'élargit à l'extérieur des fortifications, avec quelques rues à angle droit entourant des maisons de bouse et de palmes.

Les guerres Napoléoniennes et l'occupation portuguaise eurent pour effet de détruire définitivement les fortifications dont il ne reste rien. Lorsque la Guyane retourna à la France, le gouverneur Laussat transforma Cayenne, il fit assécher les marécages avoisinants, la découpant en quadrilatères où se construisirent des maisons de bois. C'est le tracé des rues à angles droit que l'on retrouve aujourd'hui.

Des palmiers royaux furent plantés à l'emplacement d'un vaste espace qu'on appelait la Savane, (aujourd'hui  la place des palmistes) , jusqu'en 1955 on pouvait admirer le palmier bifide un arbre à deux pieds.

Une nouvelle église fut construite ainsi qu'un palais de justice et , à partir de 1854, des bagnards furent mis à disposition de la ville pour son entretien. Avec la découverte de l'or en Guyane, la population de Cayenne se développa. En son centre s'édifièrent de grandes maisons créoles aux balcons ouvragés, aux murs de brique recouverts de lattes de bois peint. Beaucoup furent détruites lors du grand incendie de 1888, qui ravagea la ville pendant dix jours.

A ce jour Cayenne est une très grosse bourgade qui a gardé son charme, on a beau être au bord de la mer, on s'en aperçoit à peine. La ville lui tourne le dos, mais reste un lieux de visite.

Le point chaud de Cayenne, le Carnaval que tout le monde attend chaque année.

 

 

Retour : Page Guyane 3

                                Fort Ceperou CAYENNE     

 

 

COPYRIGHT ( C ) 2004, Inc, LE FALHER Alain .Tous  droits réservés.